Accueil  > GABON : Signature d’un nouvel accord d’exploitation des ressources minières entre le Gabon et la Chine
 Partager  Version imprimable  Envoyer à un ami

GABON : Signature d’un nouvel accord d’exploitation des ressources minières entre le Gabon et la Chine

Par L'Impulsion des PME, Partenaire SME Toolkit Bénin & Sénégal
Le week-end dernier, le Gabon et le consortium chinois Compagnie minière de Bélinga (Comibel) ont signé l'accord final portant sur  l'exploitation de l'important gisement de fer de Bélinga, dans le nord-est du pays.

Cette convention régira l'exploitation du gisement et met un terme à deux années de négociations entre les parties suivant des clauses claires et précises. 

Pour mémoire, une convention avait déjà été signée entre la Comibel et le Gabon le 6 décembre 2007, mais n’a pu connaître une fin heureuse à cause des nombreux points de désaccord et des  nombreuses voix de la société civile qui s'étaient insurgées contre le contrat jugé trop défavorable pour le Gabon.

Sosthène Nguema Nguema, représentant de la société civile au sein de la délégation gouvernementale de suivi et de contrôle du projet Bélinga, est toutefois sceptique faute de n’avoir été consulté.
Il faut comprendre que le nouveau contrat prévoit une exonération d'impôts et de taxes de la Comibel pendant les 25 prochaines années avec toutefois des clauses permettant à l'Etat d'imposer la compagnie sous certaines conditions (augmentation substantielle du prix du fer ou dépassement des quantités de minerai extrait post-amortissement). Par ailleurs, la surface exploitable par les Chinois a été considérablement réduite de 7.000 km2 à 650-700 km2. La Comibel devra également signer des concessions distinctes en cas de découverte d'autres minerais sur le site. Elle pourra exploiter le bois des zones forestières traversées mais sera dans ce cas assujettie aux impôts en vigueur dans ce secteur.  La Comibel "devra employer un maximum de main d'oeuvre gabonaise, conformément aux dispositions du code du travail", selon un texte diffusé par la présidence gabonaise.  L'emploi de travailleurs gabonais était un des principaux points d'achoppement entre les deux parties, les Chinois voulant faire baisser la proportion de Gabonais sur les chantiers en-dessous de 75%. Autre nouveauté, la Comibel financera une étude d'impact environnemental réalisée par une société indépendante.

L'expertise devrait "vraisemblablement être fait par des Finlandais et des Suisses et non plus par une société chinoise". La Comibel s'engage aussi à respecter les normes internationales quant à la sécurité et l'environnement, "sous réserve d'une validation des ouvrages concernés par la partie gabonaise". Le projet Bélinga, une des dernières grandes réserves de fer non exploitées au monde, prévoit non seulement une mine mais aussi un complexe industriel de traitement sur le site, un barrage hydroélectrique, un réseau de chemin de fer de 250 km environ ainsi qu'un port en eaux profondes à Santa-Clara, au nord de Libreville. Le montant total de l'investissement avait été estimé à 2.000 milliards de francs CFA (3 milliards d'euros) par des observateurs.

Copyright © 2003-2014 H&C Business Technologies, Tous droits réservés
 Partager  Version imprimable  Envoyer à un ami
Commentaires &Notes (0)
If you are a human, do not fill in this field.
Cliquez sur les étoiles pour donner une note.
   Les commentaires sont limités à 1 000 caractères